Rencontre avec Jean-Luc GOUIN, président du QUIMPER VOLLEY 29

Bonjour Jean-Luc, cette première saison en tant que président n’a pas dû franchement se dérouler comme tu l’espérais, malgré cela quelle est ta plus grande fierté ?

Je n’ai pas réellement de fierté à titre personnel autre que la confiance que le Club et ses dirigeants ont pu me manifester en octobre 2019 pour que j’en prenne la présidence.

Ta plus grande déception ?

J’ai été très déçu que la saison 2019-2020 doive s’arrêter en mars 2020, et ce, pour l’ensemble des pratiquants du Club, quel que soit leur engagement ; et bien sûr pour n’avoir pu jouer sportivement la montée en LAF pour l’équipe Elite.
J’ai conscience que la situation l’a imposé mais une certaine déception reste.

Ce qui te plaît le plus dans le rôle de président ?

Les rencontres et le brassage d’idées : avec toutes les personnes qui interviennent au sein du Club, mais aussi tous les partenaires privés ou institutionnels. La connaissance progressive des instances fédérales et les contacts avec d’autres dirigeants de clubs sont aussi très enrichissants. Et plus globalement tout ce qui peut concourir à faire évoluer le Quimper Volley 29.

Une journée-type de président au sein d’un club ?

Il n’y a pas véritablement de journée-type mais il y a des choses auxquelles on ne peut pas « échapper » quotidiennement : la lecture des mails, entre vingt et trente par jour, et rédiger les réponses qu’ils nécessitent ; les coups de téléphone… les décisions qui doivent donc être prises et partagées.
On peut plutôt parler de semaine-type avec des réunions de travail « systématisées » avec Amélie, Martin, les autres dirigeants ; le suivi de l’organisation des matchs avec les bénévoles ; l’analyse des nombreux documents émanant de la Ligue de Bretagne, de la FFVB voire de la LNV ou du Ministère et pour la période actuelle les visio-conférences qui se multiplient…
Il faut donc rester disponible et bien sûr se ménager des moments de réflexion.

Quelles sont, pour toi, les qualités du Club aujourd’hui ?

  • Le nombre de licencié(e)s qui se maintient correctement malgré la situation particulière, ce qui montre une réelle envie de nos pratiquants de poursuivre au Club.
  • Le rôle moteur du Pôle Haut Niveau sur l’ensemble du Club.
  • Le développement d’une pratique diversifiée et accessible pour toutes et tous.
  • Une organisation toujours en évolution avec une volonté d’avancer.
  • Le soutien apporté par les partenaires, les bénévoles, les supporters et les salariés

Quels sont les axes sur lesquels il faut continuer à travailler ?

Des axes à consolider :

  • Poursuivre l’organisation et la structuration du Club dans son ensemble.
  • Formaliser un projet global pour le Club pour les 3 à 4 années à venir.
  • Garder les objectifs sportifs et de formation au haut niveau (montée et maintien de l’équipe Elite en LAF, et de l’équipe N2F/CFCP).
  • Mais aussi, permettre le pratique du volley-ball à un maximum de joueuses et de joueurs, de tous âges, de façon adaptée aux capacités et envies de chacun(e).
  • Soutenir des formations (terrain de stages, encadrement, arbitrage…) pour des licenciés.
  • Impliquer et pouvoir s’appuyer sur toujours plus de personnes dans le fonctionnement du Club, en particulier des parents de jeunes pratiquants.
  • Coordonner et fédérer les bénévoles : Des tâches nombreuses et variées sont assurées par des bénévoles. Mais leur coordination est imparfaite, ils ne se connaissent pas suffisamment entre eux, ne connaissent pas le rôle de chacun…
  • Améliorer la convivialité et garder une image d’un Club à taille humaine.

Des axes à développer :

  • Introduire la pratique du volley-ball en milieu scolaire, en particulier dans les écoles primaires.
  • Proposer des nouvelles pratiques (volley santé par exemple) à des nouveaux publics.
  • Faire que le Quimper Volley 29 devienne un acteur incontournable de la vie associative quimpéroise.

Quels sont les objectifs du Club pour cette saison (et les saisons à venir) ?

Je les ai déjà évoqués ci-dessus mais ils sont très difficiles à préciser dans l’impossibilité de réellement se projeter.
Sur le plan purement sportif :

  • Valider la montée de l’équipe Elite en LAF et son maintien sportif pour les saisons suivantes.
  • Poursuivre l’implantation du CFCP.
  • Développer la pratique du plus grand nombre, en accord avec les besoins de chacun(e) et en prenant du plaisir.
  • Réaliser de bonnes performances dans les compétitions nationales et régionales pour ceux et celles qui s’impliquent dans les compétitions.

En termes de développement :

  • Continuer à attirer, satisfaire et fidéliser nos partenaires privés, à travers le travail de Thuriane et Florent de Play to B.
  • Remplir nos missions par rapport à nos soutiens institutionnels.
  • Faire aboutir des projets initiés la saison dernière mais stoppés par l’arrêt de la saison, s’adressant à des publics en reconstruction.

Quels sont les objectifs du Club pour cette saison (et les saisons à venir) ?

Je ne recherche aucun objectif personnel, le volley-ball est un sport d’équipe et mes souhaits ne vont que vers la réussite du Club dans toutes ses composantes.

La gestion d’un club en ces temps doit être difficile, comment vois-tu l’avenir immédiat ?

Actuellement seul le sport de haut niveau est admis à pratiquer lors de la nouvelle période de confinement. Nous sommes concernés par notre équipe Elite féminine et le CFCP. Combien de temps cela va-t-il durer ?
Concernant le sport en général, tout le monde est dans la même situation d’expectative. Et la situation des clubs qui ne bénéficient pas de droits TV peut rapidement se révéler très difficile.

Les compétitions professionnelles continuent, est-ce une bonne nouvelle ?

On ne peut pas dire que ce soit une vraie bonne nouvelle.
On peut néanmoins penser que l’arrêt complet de toutes les compétitions aurait pu faire craindre l’arrêt complet du sport avec des chances de reprise tout à fait aléatoires et sans indicateurs objectifs pour une durée imprévisible. De plus, il est essentiel pour les sportifs(ves) de haut niveau de pouvoir continuer à s’entraîner et à pratiquer régulièrement pour garder leur potentiel physique et limiter le risque de blessure.
Par contre, les compétitions de sport de haut niveau sont avant tout des spectacles ; un spectacle sans spectateur (car joué à huis clos) n’a pas réellement de sens.
Cette situation ne pourra donc pas, à mon sens, se pérenniser, mais nous ne pouvons prendre le risque, malgré toutes les précautions mises en œuvre, de participer à la diffusion du virus. Des réunions et décisions prochaines des instances fédérales, en accord avec les préconisations ministérielles, statueront sur les conditions de poursuite, ou non, et ses
modalités.

Économiquement, quel est l’impact d’une telle décision ? Êtes-vous en mesure de l’évaluer ?

Bien sûr que la situation a un impact économique important pour le Club :

  • Par l’absence de recettes (entrées et consommations…) lors des matchs à la Halle des Sports.
  • Par l’impossibilité d’accueillir les abonnés et les supporters les Samedis de match.
  • Par le fait que nous ne pouvons tenir nos engagements et réaliser les prestations entendues avec les partenaires qui comptent sur le Club.
  • Par l’impossibilité de mener à bien les actions que nous avons programmées pour la saison.
  • Par le fait que la grande majorité de nos adhérents ne peut pratiquer son activité au Quimper Volley.
    Nous allons donc devoir prendre en considération toutes ces choses que nous ne pouvons assurer alors que c’est la base même de notre fonctionnement.
    Vous voyez donc que l’évaluation de ces pertes est complexe à évaluer si on veut la ramener « par match » de l’équipe fanion, et d’autant plus que le budget est global pour toutes les
    composantes du Club.

Comment vous adaptez vous à la situation ? :

Nous réfléchissons à différentes mesures à prendre. Elles peuvent dépendre de la durée de la situation actuelle, des modalités de reprise des activités, des compétitions, des « compensations » que nous pourrions mettre en place, en préservant, autant que possible, l’équilibre du Club.
Nous n’oublierons personne.
Aujourd’hui, le Club s’adapte à la situation par différents moyens :

  • La majorité de nos licenciés appartient au Pôle amateurs et ils ne peuvent pas pratiquer. Des tutoriels, conçus par nos entraîneurs, vont être transmis à chacun d’entre eux pour garder une activité physique et ludique et un contact avec le Club.
  • Le Club maintient le lien avec ses partenaires par la mise en place d’évènements à distance (visio-conférences…).
  • Le contact avec les supporters passe par la diffusion des matchs de l’équipe Elite sur les réseaux sociaux et la publication des actualités du Club sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *